Posts Tagged spring

Spring User Group France

Posted by on Samedi, 29 mai, 2010

Jeudi Olivier nous a fait la présentation de spring-batch qu’il avait faite au Spring User Group France.

C’était bien évidemment très intéressant et vous pouvez d’ailleurs retrouvez la prez ici

Bref je vous encourage à suivre l’actualité du SUGFR pour ne pas manquer les prochaines présentations.

Spring et Improve Foundations

Posted by on Dimanche, 16 novembre, 2008

Je ne vous ferais pas le résumé de cette intéressante conférence qu’était les rencontres Spring, LeTouilleur l’a déjà très bien fait. J’en profite juste pour revenir sur quelques points et notamment la place de Spring dans la communauté française.

Spring n’est pourtant pas le seul conteneur léger de IoC alors pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre (Hivemind, Guice, …). Pour ces projets annexes (Security, MVC, WebFlow, …) ? pas vraiment je pense mais plutôt grâce à une forte communauté et un bon évangéliste. Le succès d’un projet open source n’est lié qu’à la taille de sa communauté qui grandit si ses créateurs font une bonne promotion et savent créer un effet de mode. Les développeurs n’adhèrent pas par comparaison avec d’autres frameworks et en jugeant du meilleur (ils n’ont malheureusement pas le temps de faire ça), ils s’orientent vers celui qui est le plus en vogue et pour lequel ils trouveront une reconnaissance soit dans leur travail soit au sein de la communauté.

Il est possible de faire la même chose que Spring dans J2EE nous dis Didier. Si c’est possible c’est très récent ou en projet. Spring voit justement son succès dans les manques de J2EE en terme de mis en en oeuvre du pattern IoC, de l’AOP et de prise en compte de OSGi. Improve Foundation est d’ailleurs un bel exemple de mise en oeuvre d’un framework venant combler les manques de J2EE. Fruit de l’experience des développeurs et de la capitalisation des différentes techniques mise en oeuvre au cours des projets, Improve Foundation aurait pu avoir la même histoire que Spring. Les objectifs des deux frameworks sont au départ les mêmes et tous deux implémentent le pattern IoC. Mais l’un est open source et pas l’autre et les stratégies des sociétés mères ne sont pas les mêmes. Au final Improve Foundation se concentre plus sur les besoins des clients et se focalisent sur la facilité de mise en oeuvre et d’adhésion par les équipes informatiques des SI alors que Sring innove et implémente de nouvelles technologies. Aujourd’hui le coeur IoC de Improve Foundation est remplacé par celui de Spring pour bénéficier des avancées technologiques. Ce fut d’ailleurs un projet open source : KISS framework dont le commiteur principal était Thierry Templier (co-autheur de la deuxième édition du livre français sur Spring et commiteur Spring) mais aujourd’hui abandonné pour être intégré pleinement dans l’offre Improve Foundations.

Spring en tant que tel ne répond pas au besoin des SI où les DSI cherchent des solutions sur 10 ans accessibles à des dévelopeurs de base. En masquant la complexité de Spring, Improve Foundation a une approche qui répond aux attentes des DSI, j’en ai pour preuves les récents succès : Atos Origin, Renault, RSI qui utiliseront maintenant Improve Foundations comme socle technique de tous leur projets. Mais les architectes sont plus durs à convaincre, avec leur âmes de développeurs ils ne veulent pas voir leur échapper la responsabilité de la mise en oeuvre d’une nouvelle technologie qui leur est chère, et bien que cela soit tout à leur honneur ce n’est pas la bonne stratégie.

Spring a de beaux jours devant lui avec sa forte communauté mais sa perennité est mise en jeu si il ne trouve pas des clients pour prendre du support. Or cette démarche, classique aux US, a du mal à se mettre en place en France et ce sont les intégrateurs qui font le support de Spring à la place de SpringSource. Le rapprochement avec des sociétés françaises est donc une nécessité, SpringSource a déjà commencé à investir dans cette voie et c’est la bonne démarche. Aux architectes aussi de s’intéresser à ces intermédiaires pour pouvoir plus se concentrer sur le métier de leur activité et non maintenir un framework.